La sécurité de leur capital humain : un enjeu pour les entreprises

Dans un climat social et politique délétère, la sécurité est un sujet omniprésent que nul ne saurait ignorer. Et pourtant, il n’y a pas un jour où la chronique des faits divers ne soit alimentée par ce thème largement repris dans toutes les déclarations de nos candidats politiques.

Il y a ce président qu’on gifle. Cet homme diminué d’un cancer qu’on agresse honteusement. Ce chef d’entreprise, puis ce professeur qu’on décapite. Cette femme qu’on fauche de balles dans les genoux avant de la brûler vive ou celle que l’on jette d’un balcon. Cet adolescent laissé pour mort qui agonise sur le parvis de bandes rivales. Cette jeune fille, comme tant d’autres jugés impurs, qui n’ont plus que leur compte instagram pour exister car exister de chair et de sang leur est interdit. Ces officiers d’état qui au mieux sont banalement agressés, au pire, assassinés dans l’exercice de leurs fonctions comme dans leur sphère privée. Indignation, Emotion, Discours, Bougies, Marches silencieuses. Des situations devenues affreusement banales et non moins révoltantes

Entre l’explosion des brutalités familiales, des conflits de voisinage qui ont été mis en exergue avec le confinement induit par cette pandémie, l’ultra violence qui se banalise, les féminicides dont on ne tait plus le mot ni les chiffres au point de devenir monnaie courante, la délinquance galopante dès le collège, et la menace des courants idéologiques, nous nous trouvons ici confrontés à un fait implacable : La sécurité est devenue l’enjeu de nos quotidiens..

Que ce soit autant sur le plan personnel ..que professionnel car ce fléau n’épargne pas les entreprises et ne se limite pas aux « attaques informatiques »..il suffit d’interroger les agents de sociétés comme EDF et Véolia qui doivent intervenir sur des sites où la violence fait rage chaque jour, ces fameux quartiers de « non droits ».

Que dire du harcèlement au travail..

Une femme sur cinq connaît une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle.

Seulement 5% des cas sont portés devant la justice.

20% des femmes et des hommes déclarent connaître au moins une personne ayant été victime de harcèlement sexuel dans le cadre de son environnement professionnel

82% des employeurs n’ont pas instauré de politique de prévention contre le harcèlement sexuel.

Bien que la définition exacte puisse varier selon la législation, en général, la violence ou le harcèlement au travail comprend les points suivants : Comportement menaçant, menaces orales ou écrites, excès verbaux ou encore des agressions physiques. Pris isolément, certains de ces agissements semblent parfois sans conséquences.

 Mais leur répétition au quotidien peut affecter gravement les salariés et avoir des répercussions importantes sur leur santé physique et psychologique. Ils peuvent également dégrader le climat social de l’entreprise.

Ces incidents peuvent survenir dans le cadre des fonctions hors du lieu d’activité (conférence, foire commerciale) ou lors d’événements sociaux à des fins d’affaires, chez les clients ou à l’extérieur.

Nous vivons dans l’insécurité permanente et la violence en entreprise n’est plus un sujet « tabou »

L’enjeu est majeur et parce que nous sommes tous l’enfant, le parent, le frère, la sœur, l’employeur, l’ami de quelqu’un, nous sommes tous en demande de solutions pour plus de protection. La technologie peut-être, au-delà du rappel aux fondamentaux à savoir le respect des valeurs, un élément de réponse à cette question.

Le dispositif Monsherif© : Une solution efficace pour aider et lutter contre ces violences 

Cette solution contribue activement depuis 2018 à aider, voir à sauver les personnes victimes de violence.

Reconnu par les instances judiciaires, forces de l’ordre et associations d’aide aux victimes, le dispositif MONSHERIF© fonctionne à partir d’une technologie exclusive qui relie un bouton connecté porté sur soi de façon non visible à une application mobile de rassurer, d’alerter, d’enregistrer et d’appeler les secours de façon géolocalisée et d’un clic discret ses proches en cas de besoin sans avoir à se saisir de son téléphone.

Cette solution de sécurité pour soi et ses proches à partir de simples clics géolocalisés s’adresse aux personnes qui en ressentent le besoin en raison de leur situation personnelle, professionnelle ou médicale.

Ce dispositif permet à des victimes de violences de se protéger des agressions éventuelles et d’apporter la preuve des faits susceptibles d’être commis. Dans le cas précis des violences intra familiales, il vient compléter le Téléphone Grave Danger et plus récemment le B.A.R. A noter qu’il est aussi bien remis à la disposition de victimes qui pour des raisons procédurales, ne peuvent encore prétendre au TGD, qu’aux victimes déjà équipées du TGD. Il comble le vide en matière d’aides pour une victime tant qu’elle n’est pas prise en charge parce que sous procédure.

MONSHERIF© C’est 3 clics pour 4 actions :

LE SIMPLE CLIC = LE CLIC PREVENTION 
Envoi d’un SMS géolocalisé rédigé à l’avance pour rassurer ou informer

LE DOUBLE CLIC = LE CLIC SECOURS  
Envoi d’une triple alerte géolocalisée sous forme d’appel, de sms et d’email simultanément jusqu’à 5 personnes. L’alerte invite aux réflexes d’urgence pour mobiliser les secours et le SMS remet un lien vidéo pour permettre aux destinataires d’entrer en contact immédiatement.

LE CLIC LONG = LE CLIC ALARME OU LE CLIC PREUVE 
Déclenchement d’une alarme sonore pour attirer l’attention sur soi ou d’un Enregistrement. L’accès aux enregistrements est sécurisé avec la possibilité d’être déposé dans un serveur sécurisé par la blockchain pour une restitution de preuves infalsifiables sur réquisition judiciaire.

Le dispositif MONSHERIF© offre un mode opératoire unique. C’est une des réponses certaines dans ce contexte de toutes les incertitudes quant à l’arrêt des violences.  Que ce soit pour des raisons professionnelles, personnelles, ou médicales, c’est le clic qui sauve là où le temps manque et la situation empêche tout accès au téléphone.

Pouvoir vivre, pouvoir respirer, pouvoir nous projeter, pouvoir tout simplement gagner en sérénité et en liberté au quotidien, voilà l’objectif d’une de ces solutions intelligentes amenées par l’ère numérique et sa fondatrice Dominique Brogi.

Bernard Chaussegros